Toilettes publiques : est-il possible d’attraper des maladies ?

Publié par La rédaction le 22 novembre 2023, modifié le 22 novembre 2023
Toilettes publiques : est-il possible d’attraper des maladies ?

Qu’on soit au travail, au restaurant, dans la rue ou à la salle de sport… On fréquente quotidiennement les toilettes publiques. Quelles maladies peut-on attraper, et quelles précautions prendre ?

La gastro-entérite, présente dans les selles

Un fléau, la gastro ! Pourtant, chaque année, elle revient par épidémies. Et, mauvaise nouvelle, il est possible de la contracter dans les toilettes (publiques ou non d’ailleurs !). En effet, les WC peuvent être contaminés par des bactéries comme la salmonelle ou le norovirus, sources d’infections gastro-intestinales avec vomissements et/ou diarrhées. Bien évidemment, la gastro ne s’attrape pas par les fesses… Mais les surfaces peuvent être souillées par les matières fécales (ou le vomi), elles-mêmes contaminées par projection ou par les mains. Si vous avez la gastro, veillez à bien nettoyer le WC et les surfaces touchées après chaque passage et lavez-vous les mains. Dans les toilettes publiques, pour limiter le risque de contamination, la règle universelle est de bien se laver les mains !

Les infections cutanées

Passage fréquent oblige, les toilettes publiques peuvent héberger virus et champignons. La bactérie Staphylococcus aureus, à l’origine d’infections cutanées tels que le furoncle, le panaris et autres abcès peut rester vivante plusieurs heures sur une surface, comme la cuvette des toilettes. Mais pas de panique, la probabilité d’être contaminé le temps du passage aux WC est faible.

Est-il possible d’attraper une IST ou une MST aux toilettes ?

Contracter une IST (Infections Sexuellement Transmissibles) ou une MST (Maladies Sexuellement Transmissibles) est impossible ! En effet chaque IST ou MST se propage différemment mais ne se transmet que sexuellement, par contact direct avec les muqueuses infectées. Les contaminations par contact avec des tissus par exemple (vêtements, draps ou serviettes infectées) sont aussi possibles mais elles concernent dans ce cas d’autres virus ou parasites.

Les précautions à prendre dans les toilettes publiques

Les maladies contagieuses, comme la gastro-entérite, peuvent être présentes dans les toilettes publiques, au même titre qu’elles le sont dans d’autres endroits publics comme le métro. Les probabilités qu’une infection se transmette aux toilettes, par contact avec le fessier sont véritablement faibles, même lorsque l’on s’assoit sur le siège. Pour les infections intestinales, il faut qu’il y ait transfert (par les mains) des bactéries vers la bouche. La bonne nouvelle est donc qu’il est possible de s’en protéger en évitant au maximum de toucher les surfaces (poignées de porte, chasse d’eau…) et surtout en se lavant consciencieusement les mains !

Un bon lavage des mains élimine bactéries et virus, et permet, en effet, une protection suffisante contre les germes. Il faut, pour cela, les frotter pendant au moins 30 secondes avec du savon, sans oublier le dessous des ongles ! Une autre astuce ? Pour ne pas contaminer vos mains propres, utilisez le coude ou un mouchoir pour toucher la porte (on se souvient des précautions que l’on prenait pendant le Covid, et qui permettait en effet de se protéger).

Enfin, faites confiance à votre corps : sauf en cas de maladie ou de faiblesse particulière, nos défenses immunitaires sont faites pour lutter contre les agents pathogènes présents sur notre route partout et quotidiennement. Notre peau est recouverte de bactéries qui fonctionnent comme un bouclier. Et pour vous rassurer (ou pas !!), sachez que nos téléphones contiennent bien plus de microbes que les sièges de toilettes… (1). Ne vous sentez donc plus obligés de vous retenir plutôt que de vous rendre dans les toilettes publiques ou encore de vous contorsionner pour ne pas frôler la cuvette !

Sources :
Une étude du département “d’Agriculture, Life & Environmental Sciences” de l’université d’Arizona

Partager cet article