Eau noire, eau grise : quelles différences ?

Publié par La rédaction le 26 décembre 2023, modifié le 15 décembre 2023
Eau noire, eau grise : quelles différences ?

Alors que la gestion de l’eau en tant que ressource naturelle rare est de plus en plus encadrée, il est devenu primordial de sensibiliser les différents publics à cette problématique. A ce titre une bonne compréhension de ce que sont les eaux noires et les eaux grises est utile. Explications.

Quelles sont les eaux grises ?

Pour faire simple, contrairement aux eaux noires, les eaux grises ne contiennent pas de matières fécales ni d’urine. Ce sont les eaux que vous produisez en prenant votre douche, en faisant la vaisselle ou encore en lavant votre linge à la machine. Cependant, elles peuvent contenir des résidus de savon, de shampooing, de détergents et d’autres produits chimiques domestiques. C’est pour cette raison qu’avant d’être réinjectées dans le réseau d’eau, il est nécessaire de les traiter.

De plus en plus d’initiatives encouragent d’ailleurs la réutilisation des eaux grises par les particuliers, grâce à des systèmes de filtration ou d’épuration domestiques. Vous pouvez ainsi utiliser les eaux grises filtrées, par exemple pour arroser vos plantes ou nettoyer votre voiture. Cela contribue à réduire la consommation d’eau potable, favorisant ainsi une approche plus durable de la gestion de l’eau.

Cependant, cette pratique reste à ce jour très réglementée, puisqu’en 2015, l’ANSES (Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale) livrait un rapport estimant “que la pratique de réutilisation des eaux grises dans l’habitat doit être encadrée, et ne doit être envisagée que pour des usages strictement limités, dans des environnements géographiques affectés durablement et de façon répétée par des pénuries d’eau”.

Quelles sont les eaux noires, aussi appelées eaux vannes ?

Les eaux noires ou eaux vannes sont les eaux usées provenant des toilettes. Elles contiennent des matières fécales, de l’urine, ainsi que de l’eau de rinçage. Elles sont considérées à juste titre comme davantage contaminées que les eaux grises en raison de leur composition biologique. Elles nécessitent donc un traitement plus intensif avant d’être rejetées dans l’environnement ou dans le réseau public. D’où l’invention des stations d’épuration, qui permettent de traiter collectivement et surtout efficacement les eaux noires.

À noter que certaines maisons anciennes ou non raccordées au tout à l’égout disposent encore de fosses septiques. C’est pourquoi des entreprises spécialisées dans la vidange de fosses septiques s’occupent parfois de cette opération délicate. Si cela est votre cas, veillez à confier cette mission à un artisan agréé par la préfecture dont vous dépendez ou par le SPANC (service public d’assainissement non collectif).

Où vont ces eaux ?

Selon une étude, 56% des Français ignorent que les eaux potables sont nettoyées en usine avant d’être rejetées, propres, dans la nature*. Toujours en France, les eaux usées domestiques sont rejetées dans les égouts, les eaux usées noires et grises sont recueillies par des collecteurs dans un système d’évacuation mutualisé. Elles sont conduites dans les stations d’épuration, où elles subissent des traitements pour les purifier.

Vous l’avez compris, dans ce contexte et avec les risques accrus de sécheresse, la gestion des eaux grises constitue une problématique importante, d’où les initiatives émergentes évoquées ci-dessus.

*Baromètre TNS-Sofres/CIEAU Les Français et l’eau 2016.

Partager cet article